Droit du travail
Les propositions d'Objectif France
  

Objectif France a été créé par des entrepreneurs qui, à la différence des politiques de carrière, ont créé de nombreux emplois dans le privé et savent comment fonctionne le monde du travail. Forts de cette connaissance de l’entreprise, nous voulons engager des réformes-choc pour faciliter partout les créations d’emplois. Pour cela, il faut d’abord clarifier et sécuriser les règles qui régissent le contrat de travail et sa rupture. Souvent contraignantes pour l’employeur et peu protectrices pour les salariés, empreintes d’une forte insécurité juridique, elles contribuent à rigidifier le marché du travail, à freiner les recrutements et à privilégier le recours à des CDD souvent très courts : la plupart des embauches se font aujourd’hui par ce biais. La priorité d’Objectif France sera donc de faciliter les recrutements dans le cadre de contrats stables. Certaines réformes engagées sous le quinquennat d’Emmanuel Macron vont dans le bon sens, bien qu’il faille les accompagner de nouvelles mesures de compétitivité, d’une part, et de « flexisécurité », d’autre part, pour que la flexibilisation du marché du travail n’engendre pas sa précarisation.

Nous ne pourrons pas aller au bout des réformes en matière de droit du travail si nous le faisons dans une logique « jupitérienne » qui consiste à vouloir réformer le pays contre lui-même. Objectif France veut redonner la priorité au dialogue social et étendre la place accordée à la négociation collective, mais d’abord au niveau de l’entreprise ou de la branche professionnelle. Pour cela, il nous faut rénover en profondeur notre droit du travail (qui doit devenir plus simple, plus lisible, plus sûr et laisser plus de place à l’accord collectif) et les modalités du dialogue social. Cette rénovation du dialogue social se fera, dans la concertation, dès les premiers mois du quinquennat, tout en prenant du recul sur les effets des réformes initiées au début du quinquennat Macron. Objectif France veut enfin lever le verrou des 35 heures. Cette utopie, qui est restée une exception française, doit être abandonnée. Pour renouer avec la compétitivité et pour remobiliser la force de travail, Objectif France donnera à nouveau la priorité à la négociation collective pour trouver, dans l’entreprise et les branches, les moyens les plus efficaces pour augmenter la durée effective du travail et en définir les contreparties salariales.

Le projet d’Objectif France n’est en effet pas simplement de travailler plus pour produire plus, mais de travailler mieux pour vivre mieux. En effet, les lois Aubry de baisse du temps de travail constituent une double casse sociale : chute de notre compétitivité alimentant un chômage de masse, l’effondrement de notre balance commerciale étant contemporain de la mise en place des 35H, et compression du temps de travail engendrant une explosion des troubles psychosociaux. Qui parlait de harcèlement, stress et épuisement au travail avant 2002 ? Au global, nos salariés doivent faire autant et si possible mieux que nos concurrents en travaillant de 20 % à 30 % de moins sur une vie active. C’est intenable.

Nous irons au bout des réformes nécessaires au redressement national, mais nous ferons en sorte qu’elles se traduisent systématiquement par une amélioration du pouvoir d’achat et de la qualité de vie des salariés comme des chefs d’entreprises, qui sont dans une écrasante majorité de petits patrons. L’économie est au service de l’Homme et non l’inverse : les réformes d’Objectif France en matière de droit du travail seront aussi gagnantes pour celles et ceux qui travaillent que pour notre compétitivité.

Nous présenterons bientôt des réformes-choc, en cours d’élaboration par nos équipes, pour une modernisation radicale du droit du travail.

VIDEOS ET TRIBUNES :
[ Vidéo ] Rafik Smati sur CNEWS :
Une activité pour tous
[ Vidéo ] Rafik Smati sur LCI :
Éloge du capitalisme familial
* Programme de réformes élaboré par l'ensemble des comités thématiques et territoriaux d'Objectif France.
Publié le : 10 mars 2018
Mis à jour le : 15 septembre 2019