Urgence climatique
Les propositions d'Objectif France
  

Objectif France défend une écologie scientifique : nous rejetons aussi bien l’écologisme catastrophiste, qui veut nous faire renoncer au progrès et retourner en arrière pour conjurer une fin du monde imminente, que la lâcheté de la classe politique actuelle, pour qui l’écologie est un enjeu secondaire qui peut se contenter de beaux discours sans action. Notre vision de l’écologie s’incarne particulièrement dans notre réponse à l’urgence climatique.

Si les bouleversements climatiques observés à l’échelle planétaire ne sont pas tous liés à la seule activité humaine, comme le prétendent certains écologistes idéologues qui préfèrent les discours sensationnalistes à la vérité scientifique, il est désormais impossible de nier notre part de responsabilité. Le changement climatique a des origines naturelles qui nous dépassent, mais tout montre aujourd’hui que nos sociétés industrielles contribuent par leur activité à dérégler et et accentuer ces évolutions naturelles. Entre la perspective d'apocalypse climatique en 2050 et de retour de l'humanité à l'âge de pierre prophétisés par une nouvelle génération de gourous verts millénaristes, et le déni climato-sceptique dans lequel s'enferment certaines figures médiatiques, nous ne pouvons plus perdre de précieuses années dans un débat stérile, nous devons agir rapidement.

Comme l'a souligné le tout nouveau Haut conseil pour le climat dans son rapport du 25 juin 2019, la France est en retard sur ses propres objectifs climatiques, malgré des efforts considérables dans ce domaine qui nous ont permis de réduire nos émissions de gaz à effet de serre (GES) au moment où d'autres pays européens augmentaient les leurs.

Que faire ? Nous pouvons promettre tout et n’importe quoi, mais la France, qui représente 1% des émissions mondiales directes de gaz à effet de serre et est très vertueuse au niveau européen, ne peut pas résoudre seule l’un des plus grands enjeux auxquels fait face l’humanité.

Alors qu’il faut agir en urgence sur tous les sujets environnementaux (biodiversité, pollutions de l’air, de l’eau et des sols, surconsommation et production de déchets, agriculture, condition animale…), la France doit absolument choisir des priorités sur lesquelles se concentrer.

L’énergie est un bon exemple. La quasi-totalité des pays développés doivent rapidement réduire les émissions de GES dans leur production et consommation d’énergie. Or, grâce au nucléaire, la France est l’un des pays du monde qui émet le moins de GES dans sa production d’énergie. S’il faudra sortir de notre dépendance à l’atome dans les prochaines décennies, ou concrétiser de nouvelles technologies comme la fusion nucléaire, nous ne devons surtout pas chercher à sortir du nucléaire en urgence, car la situation technologique actuelle des énergies renouvelables nous obligerait à émettre beaucoup plus de CO2 dans notre production d’énergie qu’avec le parc nucléaire actuel. De même, le bilan écologique global des véhicules électriques est très discutable et encore incertain notamment sur le recyclage des batteries : vouloir passer au tout-électrique en 20 ans n’est donc pas une solution miracle pour le climat.

Il y a cependant des « chantiers » sur lesquels la France peut agir rapidement et massivement chez elle pour répondre à l’urgence climatique, tout en maintenant et en améliorant le pouvoir d’achat des classes moyennes et la compétitivité de notre économie. Nous pouvons par exemple mettre le paquet sur l’efficacité énergétique pour réduire la consommation d’énergie de notre pays, notamment dans le bâtiment. Ou adopter une stratégie ambitieuse, avec des moyens à la hauteur, pour développer les transports durables sur tout le territoire : trains de voyageurs et marchandises, covoiturage, mobilités douces comme le vélo, transports en commun écologiques dans les villes et territoires ruraux, transport fluvial et transport maritime « vert »…

Enfin, la France peut agir beaucoup plus efficacement sur l’enjeu climatique à l’international si elle se montre exemplaire chez elle et se donne les moyens de ses ambitions. Les projets que porte Objectif France pour la politique étrangère de notre pays, tels que la Francophonie, le co-développement avec l’Afrique, les coopérations volontaires entre États européens ou la diplomatie maritime, peuvent déboucher sur des actions concrètes pour le climat, beaucoup mieux que les discours lyriques rarement suivis d’effets.

Objectif France veut explorer de nouvelles pistes réalistes et audacieuses pour faire de notre pays un modèle dans la lutte contre le dérèglement climatique. Nous proposerons bientôt un plan d’action crédible, à la hauteur de ce défi majeur du XXIe siècle.

VIDEOS ET TRIBUNES :
[ Vidéo ] Rafik Smati sur FRANCE INFO :
La France doit avoir une grande ambition écologique
[ Vidéo ] Rafik Smati sur LCI :
Repenser la politique des transports en France
[ Vidéo ] Rafik Smati sur CNEWS :
La Chine, nouvelle puissance écologique ?
[ Vidéo ] Rafik Smati sur CNEWS :
SNCF : une réforme peu ambitieuse à soutenir
[ Vidéo ] Live vidéo avec François Goulard et Rafik Smati :
Quelle politique de transports pour la France du 21ème siècle ?
[ Vidéo ] Rafik Smati sur SUD RADIO :
Réforme ferroviaire : publication du rapport Spinetta
[ Vidéo ] Vidéo de Rafik Smati :
Le scandale des boues rouges
[ Vidéo ] Live-Vidéo avec Rafik Smati :
Abolissons la pollution !
* Programme de réformes élaboré par l'ensemble des comités thématiques et territoriaux d'Objectif France.
Publié le : 10 mars 2018
Mis à jour le : 15 septembre 2019