Programme

Diplomatie et Géopolitique

Les propositions d'Objectif France


Notre politique étrangère est aujourd’hui en lambeaux et incohérente. Elle se contredit à coups de « en même temps » sur les dossiers clés comme l’immigration, le commerce international, l’Iran, la Russie, l’Union européenne, etc. Et elle ne semble plus avoir qu’une ligne directrice : nous fâcher avec le maximum de nos alliés traditionnels en faisant la leçon à tout le monde, en opposant de manière malhonnête les soi-disant progressistes aux populistes. Notre pays mise aussi trop sur l’investissement sans contrepartie de pays aux agendas néfastes (Chine, monarchies du Golfe par exemple).

Même si les torts sont parfois partagés, nos relations sont au plus bas depuis quarante ans avec notre principal partenaire, l’Allemagne, ainsi qu’avec l’Italie, le Royaume Uni, voire les Pays-Bas, l’Espagne, la Pologne, sans être non plus très positives avec les Etats-Unis, la Chine ou la Russie. Nos parts de marché reculent, ainsi que notre crédibilité.

Notre doctrine au regard des enjeux est de :

- défendre notre souveraineté partout où c’est nécessaire, coopérer partout où c’est utile ;
- soutenir de manière offensive le système d’Etat de droit, le libre commerce, la démocratie, la sécurité collective, la réciprocité et les relations multilatérales ;
- tenir tête, avec nos partenaires européens, à la stratégie de puissance de la Chine, la Russie, la Turquie et autres États comme l’Iran, voire parfois de notre allié américain ;
- vaincre tout totalitarisme, dont l’islamique.

Il s’agit de nous faire respecter pour défendre nos intérêts fondamentaux. Ces derniers sont sécurité, indépendance et prospérité :

- sécurité face aux défis de la mondialisation, tsunami sans précédent, et surtout aux offensives de la nébuleuse islamiste, ennemi de la civilisation occidentale ;
- indépendance indispensable face au colosse économique chinois, à une Russie encline à jouer du levier des hydrocarbures, à la domination de nos partenaires américain et chinois dans le numérique et les hautes technologies, ou aux déséquilibres au sein de l’Union européenne ;
- et prospérité sans laquelle il n’est pas de société stable, ce qui implique de garantir notre approvisionnement en énergie et matières premières stratégiques, marchés et technologies.

Notre stratégie pour cela est de « jouer collectif » sans se dissoudre pour autant : coopérer partout où cela est utile, puisque si on avance plus vite seul, on avance plus loin à plusieurs. N’effectuer toutefois que les abandons de souveraineté strictement indispensables, voire revenir sur certains de ceux qui ont été concédés.

Même si les torts sont parfois partagés, nos relations sont au plus bas depuis quarante ans avec notre principal partenaire, l’Allemagne, ainsi qu’avec l’Italie, le Royaume Uni, voire les Pays-Bas, l’Espagne, la Pologne, sans être non plus très positives avec les Etats-Unis, la Chine ou la Russie. Nos parts de marché reculent, ainsi que notre crédibilité.

Nos priorités pour regagner respect et efficacité :

- privilégier la coopération économique avec les pays en développement disposant d’un Etat de droit et d’une démocratie d’un niveau décent, ce qui signifie conditionner les échanges à la lutte contre la corruption ;
- ne plus recourir que dans des cas extrêmes aux sanctions économiques, qui aboutissent généralement à l’inverse du but recherché et font souffrir surtout les peuples vivant sous dictature ;
- utiliser notre force militaire, la troisième ex æquo la plus puissante du monde sur le plan opérationnel, seulement quand nos intérêts essentiels sont en jeu, mais dans ce cas de manière déterminée, tout en jouant collectif avec nos partenaires historiques dotés d’une armée digne de ce nom, i.e. Londres et Washington, et en incitant Berlin à prendre enfin sa pleine part dans les opérations militaires extérieures ;
- être offensif sur le numérique, notamment la 5G, et l’intelligence artificielle et le Big Data, qui vont bouleverser nos modes de vie et les rapports de force internationaux ;
- se concentrer sur un nombre réduit de dossiers stratégiques, soit l’Union européenne, les Etats-Unis, la Russie, la Chine, le sud Méditerranée, l’espace Indo-Pacifique, le continent africain, l’immigration et notre domaine maritime, le deuxième mondial.

Voici le positionnement et les propositions d’Objectif France sur les dossiers clés.


Synthèse en 18 points clés :


L'Union européenne

1 - Retrouver les fondamentaux de la construction européenne, une alliance de pays souverains s’appuyant sur le principe de subsidiarité. Miser sur des cercles de coopération à la carte, comme alternative à l’actuelle dérive fédéraliste. Parachever le principal acquis communautaire, le marché unique (cf. projet Politique européenne d'Objectif France).


Le Brexit

2 - Limiter les dégâts de la sortie de l’Union de ce qui reste notre plus proche allié militaire, représentant également un marché et un fournisseur importants.


Les Etats-Unis

3 - Reconstruire une relation abîmée par les foucades du président actuel, pour faire face ensemble aux menaces communes (Chine, islamisme) et à la montée du protectionnisme, jeu perdant-perdant général.


L'OTAN

4 - Revitaliser une alliance clé où Washington fait trop souvent cavalier seul.


La Russie

5 - Relancer le dialogue avec ce partenaire incontournable, mais parfois inquiétant, en restant ferme sur les principes du droit international.


La Chine

6 - Jouer en équipe avec les pays occidentaux et du Pacifique pour obliger le régime chinois à renoncer à sa politique mercantiliste et de discrète hégémonie, sans négliger pour autant ce grand marché à l’export.


Israël

7 - Travailler inlassablement à la solution à deux Etat pour résoudre le conflit israélo-palestinien.


L’Inde

8 - Cultiver des relations proches tout apaisant les tensions avec le Pakistan, notre main tendue à ce pays se justifiant également par le fait qu'il constitue un contrepoids géopolitique à la Chine.


Le Maghreb

9 - Soutenir le développement de nos partenaires historiques, à condition qu’ils s’associent à notre lutte contre les djihadistes et l’immigration illégale.


L'Afrique noire

10 - Aider le développement de cette région clé sur le plan démographique, en privilégiant la société civile et les pays engagés contre la corruption.


Le Proche-Orient

11 - Contribuer à une réduction des tensions dans cette région clé sur le plan migratoire et énergétique grâce à nos bonnes relations avec la plupart des acteurs de la zone.


La Turquie

12 - Exercer la plus grande vigilance envers le régime Erdogan aux ambitions régionales inquiétantes.


La Syrie

13 - Peser enfin dans le règlement urgent de cette guerre civile au cœur d’une constellation de crises.


L'Iran

14 - Être d’une extrême fermeté envers le régime des mollahs, qui déstabilise le Proche Orient.


L'Arabie Saoudite et le Qatar

15 - Cesser toute complaisance envers le wahhabisme conquérant porté par Riyad ainsi qu’envers l’idéologie des Frères musulmans soutenus par le Qatar.


L'islamisme

16 - Lutter farouchement contre l’idéologie de domination tirée de l’islam, tout en respectant attentivement la liberté de conscience de nos compatriotes musulmans. Ni amalgame, ni dhimmitude. Une question de vie ou de mort pour nos sociétés.


L'espace maritime

17 - Exercer scrupuleusement notre souveraineté sur le deuxième domaine maritime mondial pour devenir leader dans l’exploitation raisonnée des ressources et la lutte contre les déchets plastiques (cf. projet Politique maritime d'Objectif France).


La Francophonie

18 - Faire du français, qui restera la seule langue vraiment mondialisée derrière l’anglais, un élément clé de notre soft power (cf. projet Francophonie d'Objectif France).


A voir sur ce thème :

[ Tribune ] Tribune d'Aurélien Duchêne :
Le combat contre le separatisme islamiste doit reposer sur une strategie geopolitique ferme et offensive

[ Tribune ] Tribune d'Aurélien Duchêne :
Anticiper les risques pour faire face aux crises

[ Analyse ] Analyse par le comité thématique Citoyenneté d’Objectif France :
Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières : le dessous des carte !

[ Tribune ] Tribune de Rafik Smati et Aurélien Duchêne :
La France doit enfin se tourner vers la Mer

[ Tribune ] Tribune de Rafik Smati :
Ensemble, construisons l'Europe d'après

[ Tribune ] Tribune d'Aurélien Duchêne :
La francophonie, éternelle oubliée

[ Tribune ] Tribune de Michael Miguères :
Iran, Syrie : pas de diplomatie possible sans identité européenne

[ Vidéo ] Rafik Smati sur CNEWS :
Débat sur l'Europe entre Rafik Smati et 2 représentants du FN et de LREM

[ Vidéo ] Rafik Smati sur CNEWS :
Europe : la vision de Rafik Smati

[ Vidéo ] Rafik Smati sur CNEWS :
Sortir du dogme du couple franco-allemand

[ Vidéo ] Vidéo de Rafik Smati :
5 milliards d'Africains en 2100 ? Une opportunité pour la France !

[ Vidéo ] Rafik Smati sur LCI :
Rafik Smati réagit à la décision de Trump sur Jerusalem

[ Vidéo ] Rafik Smati sur CNEWS :
L'Arabie Saoudite : un pays en métamorphose ?

[ Vidéo ] Rafik Smati sur CNEWS :
La Chine, nouvelle puissance écologique ?

[ Vidéo ] Rafik Smati sur CNEWS :
La France face aux géants du web

[ Vidéo ] Rafik Smati sur CNEWS :
ONU : quelle utilité ?